Colone Lambert

Jean-Henri Lambert est né en 1728 à Mulhouse (ville qui était à l'époque une république indépendante ayant des liens privilégiés avec la Confédération helvétique).

Son père est un modeste tailleur et sa mère s'occupe de ses dix enfants. Aîné de la famille, Jean-Henri est contraint de gagner sa vie dès l'âge de 15 ans comme comptable, secrétaire, bibliothécaire.
Autodidacte
, il devient en 1748 précepteur des fils de la famille Von Salis à Coire (Suisse), ce qui lui permet de parfaire son instruction et de commencer ses recherches scientifiques.

Un voyage d'études (1756 - 1758) en compagnie de ses élèves lui fait visiter les principaux centres intellectuels de l'Europe et nouer des contacts avec de nombreux savants. En 1764, Frédéric Il de Prusse le nomme à l'Académie de Berlin.

Jean-Henri Lambert a des talents multiples : savant quasi universel du siècle des "Lumières", il est à la fois astronome, mathématicien, pionnier de la cartographie scientifique et philosophe.

Jean-Henri Lambert développe une activité scientifique et pratique inlassable dans le cadre de l'Académie des Sciences et Belles Lettres de Berlin.
Il meurt à l'âge de 49 ans, le 25 septembre 1777, victime de la tuberculose et du surmenage. Faisant partie de la paroisse réformée. Il est enterré au cimetière huguenot de la ville de Berlin.

En son honneur, une colonne Lambert est érigée en 1828 à Mulhouse, boulevard Roosevelt (devant l'actuelle Caisse d'Epargne). Elle est installée depuis quelques années Place Lambert, devant la maison natale du savant, à l'arrière de la place de la Réunion et du Temple Saint-Etienne.

Gravure de JH Lambert

Ses réalisations :

En Astronomie, Jean-Henri Lambert retrouve l'importante formule d'astronomie cométaire (cas du mouvement parabolique) donnée par Léonhard Euler (théoréme de Lambert 1761) liant, pour deux positions, l'intervalle de temps, les rayons et la corde. Il a par ailleurs, l'intuition du rôle modeste présenté par la Voie lactée au coeur de l'univers stellaire.

En Mathématiques, il démontre l'irrationalité de Pi (1768), étudie les fonctions hyperboliques, participe à l'édification de la trigonométrie sphérique (1770) et donne une série qui porte son nom (1772). Il s'intéresse aussi aux principes de la perspective (1759 - 1774), aux constructions au moyen de la régie et d'un cercle de rayon constant (1774) et enfin, s'interroge sur la validité du celèbre postulat des parallèles (1786).

En Physique, il étudie l'ensemble des problèmes liés à la photométrie et en énonce la loi fondamentale.

En Philosophie, Jean-Henri occupe une place originale dans la philosophie de l'Aufklarung (la philosophie des "Lumières" en Allemagne), se situait entre Leibniz et Kant, dont il fut le correspondant. Il rédige une oeuvre importante sur la théorie de la connaissance ("Neuer Organon" et " Anlage zur Architectonik").
Par ailleurs, on lui doit le terme de " Phénoménologie".